L’art de l’écoute


« Parler est un besoin, écouter est un art », si Goethe ne pratiquait évidemment pas le Chant pour Tous, j’ai plaisir à m’imprégner de cette phrase avant d’animer un cercle chanté…


J’inscris cet article dans une série:

« La boite à outils du Chantpourtoussien »

Chaque semaine, je vous propose un éclairage sur une notion qui pourra nourrir votre pratique. Utile pour le facilitateur et pour le Cercle.

L’idée est de vous proposer d’arriver dans le cercle avec une attention particulière à cette idée

Alors quels sont pour vous les bienfaits de l’écoute ?

Quels trucs avez vous à conseiller pour favoriser l’écoute en tant que choriste, ou animateur ?
Avez vous des jeux à faire avant ? Des consignes, des gestes favoris ?


Voilà quelques unes de mes réponses…


Une des manières les plus simples que j’ai pu observer pour obtenir plus de cohésion, de précision dans le son et de joie de chanter ensemble est de se concentrer sur l’écoute.

Je peux commencer par écouter mon corps, ma propre énergie. Je pourrai le développer pendant des heures mais je vais me concentrer sur l’ouïe. Qu’est ce ce que j’entends? Est ce que je m’entends, comment est mon son ? 
A partir de là, un premier monde s’offre à nous. Nous invitant à nous connecter à la qualité de notre son, sa beauté, sa souplesse, ses infinies possibilités de nuances de jeux de timbre…

Et puis, comment est ce que j’entends les autres… La personne à ma gauche, à ma droite. Est ce que je suis attentif.tive à ce qui se passe autour de moi? Comment est ce que j’écoute, qui, quoi… Est ce que je peux entendre la personne d’en face, et tout le cercle. Dans mon pupitre est ce que j’entends tout les monde? Chantons-nous ensemble avec précision, est-ce que les volumes sont harmonisés. Si quelqu’un fait un solo, est ce que je l’entends ?

Cette écoute nous permet de nous relier au groupe et d’obtenir collectivement plus de cohésion et souvent de beauté…

Côté facilitation, j’aime demander aux chanteurs de prêter attention à leur son, puis  celui du voisin, à droite, à gauche, en laissant du temps, de l’espace pour que le confort de l’écoute s’installe. Puis d’écouter tout leur pupitre. Vous pouvez vous amuser à faire taire tous les autres pupitres pour qu’ils s’entendent seuls, puis avec un autre pupitre que vous ferez chanter avec eux, puis seuls. Leur demander de prêter attention à l’autre pupitre… Les déclinaisons en faisant chanter un pupitre ou un autre sont très nombreuses, l’idée ici, est de le faire en se concentrant sur l’écoute, pour qu’un pupitre soit une voix.

Cette facilitation là peut se faire avec des mots : « maintenant écoutez votre voisin de droite » ou avec des gestes d’abord vous attirez l’attention des chanteurs sur vous, puis montrez vos oreilles puis la « cible » à écouter. Toujours avec des gestes dites d’écouter à droite, gauce ou tout un pupitre. Si si c’est possible, je vous promets ça marche, si vous n’avez pas l’habitude pourquoi ne pas essayer. J’aime beaucoup demander l’écoute sans parler, comme ça on entend uniquement la musique, ça peut être très agréable.

Une fois que toutes les parties sont installées, vous pouvez proposer aux participants de chanter les yeux fermés…


Bons jeux à tous

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest