Ce monde est une matière molle

« Mesdames, Messieurs ! Bienvenue au Chant pour Tous nouvelle ère ! Merci de bien garder vos masques correctement disposés autour de vos nez et bouche. Merci de respecter la distance de sécurité entre vous et vos voisins. Merci de vous laver les mains, de ne pas toucher vos masques, de toucher le moins de choses possible d’ailleurs pendant toute cette session. Merci d’être attentif et de signaler tout manquement aux règles de la part de vos voisins, pour le bien et la santé de tous ! »

C’est vraiment comme cela que je dois imaginer les prochains rendez-vous Chantpourtoussiens ?…
Scénario bien étrange dans ce cadre justement créé pour connecter les uns les autres, ouvrir des espaces de liberté. Je suis bien placé pour en parler : j’ai eu l’honneur de participer aux ateliers Improvie de Gaël (pour + d’infos là-dessus, je vous oriente sur son superbe article ICI). Et un des objectifs principaux de nos pratiques d’impro vocale, ce fut la connexion à la spontanéité, à l’Élan (nous avons même reçu officiellement un diplôme portant ce nom : « Diplôme Élan ») : faire confiance au monde, à la vie qui circule, aux énergies qui nous connectent, nous, êtres humains, traits d’unions entre la terre et le ciel. Ce qui sort de moi, dans la spontanéité et la joie, ce ne peut être que juste, en lien avec un idéal collectif. N’est-ce pas un des aspects centraux de l’intelligence collective ? 1 + 1 = plus que 2 ! s’il y a connexion, s’il y a confiance, s’il y a prise de risque volontaire et joyeuse. Car après tout, la vie est risquée, de par sa définition même, en rapport à la mort.

C’est à travers ces explorations, cette recherche d’espaces de liberté en moi et en lien avec les autres, que je peux affirmer aujourd’hui, avoir parcouru un joli chemin d’épanouissement personnel.

Je fais le constat que le monde a bien changé, et si vite… Je relis la nouvelle de Franck Pavloff, Matin Brun, fable prophétique qui s’amuse à parodier la montée du totalitarisme. Sans entrée dans des pensées complotiste, c’est tout de même la première fois que je ressens en moi cette impression que le gouvernement du pays dans lequel je vis, ne travaille pas intelligemment, pour le bien des habitants de ce pays… )=

Je suis à la campagne, sous le ciel étoilé. Je vois une étoile, qui scintille, change de teintes… un satellite ? Et là, le losange et ses trois étoiles alignées, mais là aussi les deux étoiles des bords scintillent de toutes les couleurs… encore des satellites ? Ici aussi, et là…
Il n’y a bien que Mars, jaune et puissante, qui me rassure sur le fait que le ciel n’est pas devenu qu’une création de l’homme…
Mais alors, ces satellites, comment font-ils pour éclairer ainsi mes nuits ? Cela doit nécessiter une puissance électrique dingue… et pas de batterie ni de générateur possibles, non… c’est donc l’énergie solaire ? Je les vois ces grands panneaux solaires sur les ailes des satellites ! Mais alors ? Pourquoi ne pas faire ce rêve énorme d’un apport électrique depuis les étoiles ? J’imagine un appel à financement citoyen, un appel mondial, pour collecter les fonds nécessaires à la construction d’une plateforme de production électrique depuis l’espace. De l’énergie continue, propre, accessible à tous les humains, et gratuite !

Ha ! Pardon, mais ça me fait du bien de rêver un peu ! Il y a des générations qui ont eu la découverte de continents, de cultures, de peuples. Il y a eu les grandes utopies socialistes et communistes ; je peux même rajouter la capitaliste quand elle était encore humaniste (au sens de l’équitable répartition des richesses). Il y a eu aussi le feu, l’ampoule, les avions, les premiers pas sur la lune, les images animées… Tout ça, ce fut des découvertes partagées de manière collective ! Des petits miracles dans une vie, que chaque génération partageait.
Bien sûr qu’on en a aussi nous, des découvertes ! Internet, les smartphones, la fibre, les séries… mais les partage-t-on collectivement ? Ou sont-ils des progrès vers un individualisme croissant ?
Aujourd’hui j’entends que l’on conseille à ses amis les séries à ne pas rater, mais j’entends peu d’échanges autour des séries elles-mêmes… il y en a tellement. Est-ce qu’on va plus loin du “c’est génial” ou du “mouaih, bof” ?! Même nos réseaux d’information sont tous personnels et nous avons du mal à nous retrouver autour d’un fait qui rassemble.

C’est là que je me dis que mon petit miracle, je l’ai déjà expérimenté, je le connais, qui vibre encore en moi : c’est cette expérience de partage simple, de connexion aux autres, de création collective à partir de ma singularité. C’est cet espace gratuit et complètement spontané. Et oui, ce sont les soirées Chants pour Tous !
Pourquoi ne pas commencer la révolution positive, celle de la douceur et de la joie de vivre, à mon niveau, avec mes outils et les gens qui m’entourent !?! hein ?! Je vous le demande…

Comme le dit si bien Virginie Despentes (super discours qui me donne de l’espoir, que je vous invite à voir et écouter ICI) : « Toutes les propagandes me traversent et m’habitent et me gèrent. Je ne suis pas du bon côté de la barrière. Rien ne me sépare de la merde qui m’entoure. Rien sauf le désir de croire que ce monde est une matière molle. Ce qui est vrai aujourd’hui peut avoir disparu demain. »

Je pars alors avec mon joli bâton de pèlerin ! Viens chanter ! Viens oser être ce que tu es, c’est à dire mortel.le et en lien avec les autres ! Enrichi.es par le lien avec les autres ! Plus fort.e que seul.e à se méfier du monde et de la vie…
Et je sais que c’est un moyen de rendre cette matière monde plus molle, et de la voir changer ! Car si rien ne me sépare de la merde qui m’entoure, alors rien ne sépare la merde qui m’entoure de ma force et de ma joie de vivre !

Je vous aime. Aurélien !.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest